Le nouveau site automobile au Québec!
Accueil
Archives
Photos
Liens
Contact

 

8 mai 2007

Il y a 25 ans, Gilles !

Texte de Pierre Roberge, rédacteur en chef

gvIl y a de ces évènements suffisamment marquants pour qu’on se souvienne parfaitement bien d’où on se trouvait quand on l’a apprit.  Je me souviens précisément que j’étais dans la Dodge Aspen de ma mère quand j’ai appris la mort d’Elvis en août 1977 (et je n’avais que 4 ans !), que je rentrais en classe lorsque la nouvelle fut annoncée que Challenger avait explosée en plein vol en janvier 1986 (mon père était en Floride à ce moment-là), que je venais de me coucher quand j’entendis au bulletin de nouvelles que René Lévesque était décédé, que j’étais sur un chantier de Ste-Thérèse lorsque les deux avions se sont dirigées vers les tours jumelles du World Trade Center en septembre 2001 et la liste est longue.  Aujourd’hui, 8 mai 2007, un triste anniversaire est «célébré», celui de la mort de l’un des plus grands pilotes de Formule Un, celui qu’Enzo Ferrari surnommait affectueusement «piccolo canadese», le petit canadien, Gilles Villeneuve.

J’arrivais à l’école ce matin-là, le 8 mai 1982.  Un de mes camarades de classe s’écria, dès qu’il mit les pieds dans le local «Gilles Villeneuve est mort !»  Je ne suivais pas assidûment les courses de F1 à cette époque mais je connaissais le nom de ce pilote québécois, notre fierté à tous.  La terre s’était arrêtée de tourner ce jour-là pour pleurer le départ prématuré de ce gv 25ansgrand champion qui n’a malheureusement jamais été couronné, il y a 25 ans aujourd’hui. 

Dans un premier temps, afin de souligner le tragique évènement, plusieurs journalistes (photographes ou de la presse écrite) se sont réunis afin de produire un album souvenir plein de témoignages émouvants concernant Gilles et ses exploits, aussi bien sur les pistes qu’en dehors, sa biographie, de rubriques historiques au sujet des voitures Ferrari qu’il a piloté et j’en passe beaucoup.  Ce magazine, paru aux Éditions Gesca, est titré opportunément «Gilles Villeneuve, 25 ans» et vous pouvez le trouver chez votre libraire favori.  Je tiens à souligner le bon travail de toute l’équipe de production et M. Richard Prieur, responsable de la publication, de m’avoir permis d’utiliser la Une de sa revue sur gen-auto.ca. 

Dans un calendrier trouvé dans ce magazine, on apprend que tout au long de la période estival, plusieurs rencontres seront organisées afin de nous rappeler le passage de ce natif de Berthierville dans le monde fermé de la F1.  Le premier a eu lieu dimanche dernier, 6 mai, au Musée Gilles Villeneuve.  Des centaines de personnes se sont déplacés pour rendre hommage à Gilles, entre autre la mère du regretté Gilles, son frère Jacques et son épouse, Johann.  Etait même présent Michel Hanson, le préposé aux départs qui a donné le drapeau à damier lorsque Gilles a remporté sa première victoire en F1, à Montréal le 8 octobre 1978 ! 

peerlessPour cette journée commémorant la triste date du 8 mai 1982, les portes du musée étaient ouvertes gratuitement aux visiteurs et le stationnement extérieur était remplit de belles voitures du Rendez-Vous des Anglaises, une association de voitures britanniques.  La brochette incluait d’innombrables MGB, plusieurs Triumph, quelques Jaguar, des Austin Healey, des Sunbeam, des Mini, mais ainsi qu’une rare TVR, une Peerless 1959 (une voiture unique) et un duo de Ferrari (308 et 328) ! 

Cet évènement donnait le coup d’envoie des activités de l’été.  Aujourd’hui même, à Berthierville toujours, vous pourrez vous rendre au musée pour vous recueillir à la mémoire de Gilles.  Par la suite, le 12 mai, vous pourrez participer à un rallye automobile en partance de Laval jusqu’à Berthierville.  Le 30 mai sera tenu un tournoi de golf souvenir dans la municipalité natale de Gilles.  Si vous désirez vous rendre sur le Circuit Gilles Villeneuve les 8, 9 et 10 juin prochain, lors du Grand Prix du Canada, d’autres cérémonies sont prévues.  Les détails ne sont pas encore connus mais dès qu’ils seront disponibles, je vous en informerai. 

musée Si vous ne pouvez pas vous rendre à l’un ou l’autre de ces évènements, je vous invite quand même à visiter le site internet du musée au www.gilles.villeneuve.com ou de vous rendre marchdirectement sur place (sur le boulevard Gilles Villeneuve de Berthierville, à environ 50 km à l’est de Montréal, par l’autoroute 40) afin de voir plusieurs voitures pilotées par Gilles, entre autre des March 1974, 75 et 76, deux F1 modernes qu’a piloté Jacques le fils en plus de centaines d’objets ayant rapport à la famille Villeneuve et la course. 

enzo et gilles Je termine ce texte avec des mots que nous connaissons tous, Salut Gilles !

Haut de la page