Le nouveau site automobile au Québec!
Accueil
Archives
Photos
Liens
Contact

 

24 avril 2007

Test de collision en Europe et étude américaine

Texte de Pierre Roberge, rédacteur en chef

miniL’organisme EuroNCAP a rendu publique, le week-end dernier, le résultat de deux tests de collision effectués afin de vérifier la sécurité des occupants des Mini Cooper et Peugeot 207CC (Convertible/Coupe).  Ces deux petites citadines européennes ont faits bonne figure compte tenu de leur gabarie réduit.  Par contre, une étude américaine a révélée une conclusion troublante pour quiconque possédant un Chevrolet Blazer datée 2001 à 2004.  Bonne lecture !

mini Le test de collision de la nouvelle génération de Mini Cooper était le premier réalisé depuis l’introduction du modèle, en 2002, par BMW.  Pour le plus récent test d’impact, la Mini a obtenue un pointage parfait de cinq étoiles au niveau de la protection des occupants adultes de la voiture.  Le nombre d’étoile allouée à la protection des enfants se chiffre à trois.  Là où la Cooper n’a pas sue aller chercher un bon pointage est en ce qui concerne la protection des piétons, deux étoiles seulement. 

207cc La dernière présence officielle de Peugeot en Amérique du Nord remonte au début des années ’90 (avec la 405) mais le manufacturier français produit une gamme très complète de voitures au design très extravagant.  Dans la catégorie des véhicules abordables, on trouve la 207 ici testée dans sa robe CC pour «Convertible Coupe».  Celle-ci a la particularité d’avoir un toit rigide rétractable, principe popularisé en Amérique par la Mercedes SLK.  Donc la 207CC a, elle aussi, obtenue cinq étoiles au niveau de la protection des occupants et, comme dans le cas de la Mini, deux étoiles pour la sécurité des piétons.  Aucun impact n’a été réalisé afin de vérifier la protection des enfants pendant cet examen. 

Une étude américaine a aussi révélée les statistiques de morts sur les routes de nos voisins du sud entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2005.  Cette étude visait les véhicules produits pour les saisons 2001 à 2004 et est divisée par modèle et type de carrosserie, analyse le type d’accident (véhicule seul ou accident à multiple véhicules et tonneaux) et donne un compte rendu en nombre de décès par millions de véhicules. 

Allons-y dans l’ordre du positivisme en soulignant que les mini-fourgonnettes Chevrolet Astro ont accumulées le moins de morts par million avec sept.  En seconde place on trouve à égalité astrola BMW de série 7 et l’Infiniti G35, deux luxueuses berlines provenant respectivement de l’Allemagne et du Japon.  Celles-ci ont causées la mort de 11 individus chacune.  La troisième place est décernée au VUS Toyota 4Runner à quatre roues motrices avec 13 décès à déplorer.  La liste se poursuit avec, dans l’ordre, le duo Audi A4 et S4 Quattro, la Mercedes de classe E, le Toyota Highlander, la Mercedes de série ML, la mini fourgonnette Toyota Sienna, la Honda Odyssey, les Lexus ES330 et RX330, Toyota Sequoia, Honda Pilot et BMW X5. 

De l’autre côté du spectre, par contre, il y a les véhicules les plus meurtriers que l’on puisse retrouver sur nos routes.  La première position peu enviable revient au VUS Chevrolet Blazer blazerdeux portières à deux roues motrices.  Avec 232 décès par million de véhicule, elle dépasse d’une bonne trentaine le nombre de morts causées par le numéro deux de la liste noire, l’Acura RSX.  La funèbre brochette se poursuit avec la Nissan 350Z et ses 193 décès, la Kia Spectra à hayon, la Pontiac Sunfire, la berline Kia Rio, la Chevrolet Cavalier deux portières, la Mitsubishi Eclipse, la Dodge Neon, la Pontiac Grand Am, la berline Chevrolet Cavalier, la Ford Mustang, le pick-up Ford Ranger à quatre roues motrice, son jumeau Mazda de série B à deux roues motrices, la Mitsubishi Eclipse décapotable et le VUS Mitsubishi Montero Sport. 

Mais il aurait fallu pousser l’étude à un niveau supérieur en mentionnant l’age des victimes de ces accidents mortels (l’étude ne compile que les conducteurs) car, sans vouloir causer préjudice à quiconque, les jeunes sont plus susceptibles d’être impliqués dans des accidents aux conséquences plus que fâcheuses, donc conducteur de voitures abordables ou dont la puissances est souvent bien au-delà de leurs compétences.  En contrepartie, une personne plus âgée et sage se baladant au volant d’une fourgonnette ou d’une berline de luxe respectera généralement plus les règles de la sécurité routière, évitant ainsi de se retrouver dans de regrettables situations.  Il est évident que l’age n’est pas le seul élément a considérer car certaines aides à la conduite peuvent être responsables à elles seules de l’évitement d’un impact, c’est pourquoi d’ici quelques années, toutes les voitures neuves seront sans doute vendues avec les freins ABS et des systèmes de stabilité et d’anti patinage. 

Afin de terminer sur une note plus joyeuse, il faut savoir que la moyenne de décès ne cesse de descendre lors de chaque rapport du IIHS (Insurance Institute for Highway Safety).  En effet, lors de la présentation des chiffres de la période 1990-94 sur les modèles 1989-93, la moyenne de morts par millions de véhicule était de 110 personnes.  Pour les véhicules 1999-2002, la moyenne était de 87.  Aujourd’hui, pour cette étude couvrant les modèles 2001 à 2004, la moyenne est de 79.  Au moins, on est sur la bonne voie…

Haut de la page