Le nouveau site automobile au Québec!
Accueil
Archives
Photos
Liens
Contact

 

13 avril 2007

Mes coups de cœur de New York 2007

Texte de Pierre Roberge, rédacteur en chef

nyiasLorsque je reviens des différents salons de l’auto, on me demande souvent «quels étaient tes coups de cœur ?»  Et bien, les 3, 4 et 5 avril dernier, comme vous le savez, je me trouvais dans la Grande Pomme afin de faire ma couverture des primeurs du salon de l’auto de cette métropole américaine.  Alors, voici pour vous, ma liste de coups de cœur du salon de l’auto de New York 2007. 

Audi S5 2008 : Installée sur une plateforme dans un coin retiré du hall d’exposition du Javits Center se trouvait l’un des plus beaux véhicules à deux portières produit par Audi, la S5 2008.  s5Cette nouvelle venue dans la gamme Audi saura sans doute conquérir les cœurs de plusieurs amateurs de la marque aux quatre anneaux lorsqu’elle sera mise en vente d’ici quelques mois.  Sa partie avant représente bien l’image d’Audi et l’intérieur de la voiture est confortable.  La partie arrière est, à mon avis, un peu moins bien dessinée mais l’ensemble donne tout de même un produit agréable à observer.  De plus, la mécanique V-8 de la S5dégage plus de 350 chevaux, de quoi propulser l’engin jusqu’à 100 km/h en moins de temps qu’il ne faut pour articuler son nom !  «Audi S5» !

Callaway C16 décapotable 2007 : C’est vrai, j’avais vu la version à toit rigide à Montréal au c16mois de janvier mais comme j’ai un faible pour les voitures décapotables, la nouvelle C16 «convertible» se retrouve sur ma liste des coups de cœur du salon de New York.  Mais il n’y a pas que la voiture qui est agréable, le patron de la compagnie productrice l’est aussi, et j’ai nommé Reeves Callaway.  Enfin, on voit un dirigeant prendre son entreprise suffisamment à cœur pour se déplacer en personne pour en faire la promotion, et pas seulement rclors de dévoilements importants comme celui de New York mais aussi sur de plus petits marchés, comme Montréal.  Je ne pourrais pas passer sous silence la présence de Paul Deutschman, concepteur des lignes sublimes de toutes les voitures Callaway depuis 20 ans.  Ce montréalais d’origine (il y tient toujours résidence) était aussi sur place, dans la Grande Pomme, pour assister M. Callaway lors du dévoilement de la C16 décapotable.  Mon coup de cœur va donc à l’entreprise Callaway et aux gens qui l’anime !

Chevrolet Camaro Concept décapotable : J’avais déjà vu la Camaro décapotable lors du camarosalon de l’auto de Détroit au mois de janvier dernier et encore une fois, elle a sue faire augmenter mon rythme cardiaque à la puissance deux !  Lorsque je m’étais retrouvé en présence de l’étude Camaro à toit rigide, en janvier 2006 (à Détroit toujours), celle-ci m’avait laissé de glace.  Était-ce à cause de sa ligne rétro ou de sa teinte grise monotone ?  Par contre, dans le cas qui nous concerne aujourd’hui, c’est tout le contraire.  En fait, peu de choses diffèrent entre la vision de 2006 et celle de 2007 (mis appart l’absence de toit sur cette dernière, évidemment), et pourtant, je ne peux que m’incliner et avouer mon cœur vaincu devant la camaroCamaro Concept de cette année.  Est-ce le fait qu’elle soit décapotable (j’ai toujours eu un faible pour ce type de carrosserie) ?  Ou peut-être à cause de sa peinture orangée qui nous tape dans l’œil ?  «C», oui, toutes ces réponses !  Une chose est par contre claire, j’ai vraiment hâte de voir ces nouvelles Chevrolet sur les routes d’ici quelques mois.

Ford Motor Company : Lors du déjeuner de presse tenu le 4 avril, le président de Ford, Alan Mulally, a donné une conférence d’une bonne trentaine de minutes.  Il a été très sympathique, mulallypartageant avec la presse les évènements marquants de sa dernière rencontre avec le Président Bush (pas tous véridiques mais c’est une autre histoire…), répondant avec assurance et humour aux questions des journalistes présents et en arborant toujours un large sourire.  Ce visage plaisant, il le doit sans doute à son salaire de 2006 ; 7,4 millions de dollars chez Boeing qu’il quitta en septembre et un salaire, chez Ford seulement et en uniquement quatre mois, de 28,18 millions de dollars !  De ce chiffre faramineux, Mulally a touché 18,5 millions en bonus et le reste était versé en salaire propre et en actions.  Et dire que pendant ce temps, la compagnie qu’il dirige a enregistrée des pertes de l’ordre de 12,7 milliards de dollars en 2006, que plusieurs usines doivent être fermées et que des mises à pieds sont toujours envisageables pour les employés à touts les échelons…  Malgré tout, pour le personnage agréable et enjoué qu’il est, Alan Mulally reçoit mon coup de cœur du salon de New York 2007.

Ford Shelby GT500KR 2007 : Je crois que des Mustang, il y en a trop sur la route !  Je vous krentend déjà crier à l’injure mais comprenez bien mon raisonnement ; l’été, qu’est-ce qu’on voit le plus sur les route québécoises appart les automobiles qu’on croise tout au long de l’hiver ?  Des damnées Mustang !  Il y a bien ces quelques Firebird et Camaro de différentes époques, les Civic «tunées» et les rares Ferrari, mais avouez qu’on entend vrombir les «5.0» et autre «Stang GT» plus souvent qu’à notre tour.  Elles sont partout !  Heureusement, en de rares occasions, Ford décide de ne pas trop diluer la soupe avec encore shelbyplus de Mustang «ordinaires» et ajoute du piquant à la recette en mettant en production une édition spéciale qui en vaut la peine.  Dans le cas présent, avec un tirage supposé d’un millier d’exemplaires, cette GT500KR fera réellement tourner les têtes pour les bonnes raisons.  Le design de cette nouvelle version de Mustang est très bien réalisé et intègre merveilleusement bien les éléments stylistiques qui rendaient la «King of the Road» si spectaculaire il y a quatre décennies.  Et je ne pourrais pas passer sous silence la présence de Carroll Shelby à la conférence de presse de la KR.  Ce bonhomme a déjà 84 ans et malgré sa faiblesse apparente, il n’en demeure pas moins que lorsqu’il s’est présenté sur scène, il s’est allumé (comme un vieux V-8 pétaradant) et a raconté l’histoire de la naissance de la KR originale avec entrain et humour. 

General Motors : J’ai croisé Bob Lutz par hasard lors d’une pré visite du salon de New Yorktrio lutzle 3 avril.  Les ouvriers travaillaient toujours à l’assemblage des différents présentoirs, la majorité des voitures étaient encore à l’intérieur de camions remorques garés autour du Javits Center et les représentants des médias seraient tous là le lendemain matin afin d’assister aux conférences de presse.  Je déambulais donc dans une allée et Bob Lutz se dirigeait dans la directionshow opposée à la mienne.  Je ne l’ai pas reconnu tout de suite mais le doute était semé.  Je l’ai donc suivi jusqu’à la scène où serait dévoilée le lendemain matin le trio de micro voitures Chevrolet.  Lutz s’est assit et je me suis installé un peu plus loin.  Plusieurs personnes l’entouraient afin de préparer les discours du lendemain.  Voyant qu’il en avait déjà plein les bras, j’ai assisté à la répétition du spectacle de dévoilement et je suis parti.  Je dois dire que j’ai par la suite regretté de ne pas lui avoir adressé la parole car le jour suivant, après la conférence de presse, la meute de journalistes s’est littéralement ruée sur lui afin de lui poser mille et une questions sur mille et un sujets.  Je me serai quand même approché suffisamment près pour faire quelques bonnes photos.  Je me permets de dire que Bob Lutz est, à 75 ans, l’un des seuls véritables amateurs de «char» oeuvrant actuellement dans l’industrie automobile et que grâce à lui, General Motors nous emmènera dans les mois et les années qui viennent certaines des voitures les plus sensationnelles des dernières décennies.  Poursuivez votre bon travail, M. Lutz et bienvenue dans mes coups de cœur 2007 ! 

Lamborghini Gallardo Superleggera 2007 : À mon humble avis, une vraie Lamborghini doit avoir des portières qui s’ouvrent en élytre, rien d’autre !  Pour cette raison (et quelques autres), gallardo slj’ai toujours eu de petites réticences envers la Gallardo, jusqu’au salon de New York.  En prenant place derrière le volant, j’ai eu une vision, celle de me retrouver aux commandes de cette voiture sur une piste comme celle de Tremblant, au nord de Montréal.  On se sent réellement en sécurité dans cet habitacle où la fibre de carbone est partout.  Le siège de suède est enveloppant et supporte très bien le corps.  Le volant est merveilleusement bien placé, juste à porté de main.  Celui-ci est recouvert, comme les sièges, de suède très doux qui retient les mains bien en place sur les branches.  Alors, pour son confort général et le bien-être que l’on sent à l’intérieur, la Gallardo Superleggera 2007 prend place sur ma liste des coups de cœur du salon de New York. 

Lamborghini Murciélago LP640 décapotable 2007 : Je me souviens encore très bien de la murciélagopremière fois où j’ai vu une Lamborghini.  J’étais en voiture avec mes parents et nous avons dépassé une remorqueuse ayant pour passagère une Countach blanche.  On repassera pour la première impression mais quoi qu’il en soit, la Countach n’était plus une simple image sur le poster accrochée au mur de ma chambre, elle était réelle !  Par la suite, j’ai eu mon premier contact en chair et en os avec une Lamborghini lors du salon de l’auto de luxe de Montréal 2002, où elle faisait sa première apparition canadienne.  Comme j’assistais à la pré-ouverture du salon, le murciélagoreprésentant avait laissé la portière béante et s’était absenté pour quelques minutes, se souciant peu de la belle Murciélago toute neuve.  Ne reculant devant rien, je suis monté sur la scène et j’ai posé mon postérieur sur le siège de cuir de la belle italienne.  Cinq ans plus tard, je me retrouvais, encore une fois, au volant de la voiture sport par excellence, la Murciélago LP640 décapotable !  Je vous concède qu’il faut faire des pirouettes afin de prendre place à bord de cette Lamborghini et c’est encore plus vrai pour en sortir élégamment.  Malgré tout, la Murciélago demeure ma voiture exotique favorite et c’est encore plus vrai depuis la création de la version décapotable. 

Maserati GranTurismo 2008 : Lorsqu’on aperçoit la nouvelle Maserati GranTurismo pour la mgtpremière fois, on prend deux pas en arrière.  Ensuite, on se laisse lentement séduire par son regard félin et sa gueule semblable à celle d’un requin baleine.  Avouez qu’il s’agit là d’une bien étrange mixture !  Ce qui fait par contre que mon cœur a chaviré pour cette belle italienne (je ne parle pas des jolies hôtesses mais bien de la voiture) fut son intérieur.  Lorsque j’ai pris place derrière le volant de la GranTurismo, j’ai littéralement fais un voyage dans le temps de près de 20 ans, jusqu’à mon premier contact avec une Maserati.  Ce jour-là, comme à l’habitude, je m’étais embarqué àmgtvélo vers une nouvelle aventure de recherche de concessionnaires de voitures d’exception.  Mon voyage m’avait mené rue Jean-Talon à Montréal.  Sur le plancher de la salle de montre se trouvait cette superbe Maserati Spyder rouge avec intérieur de cuir tan.  Je tirai la poignée de la portière et celle-ci s’entrouvrit.  Voilà ma chance, je ne la louperai pas !  En m’assoyant, je me suis tout de suite senti à l’aise sur ce siège douillet.  Le tableau de bord était riche et élégant, encore plus que celui des Rolls Royce que j’avais squatté quelques jours avant.  Alors, deux décennies plus tard, cette impression de bien-être au volant d’une Maserati fut de retour en moi mais pour des raisons différentes.  Cette fois, les sièges de cuir étaient plus rigides, axés vers un côté plus sportif quemgt confortables.  Même si ce côté douillet n’y était plus, il n’en demeure pas moins que le confort est un élément important de la version 2008.  L’élégance de jadis a aussi fait place à un tableau de bord moderne un peu plus froid mais tout aussi impressionnant.  Pour toutes ces raisons et ces différences, la Maserati GranTurismo prend place sur ma liste des coups de cœur 2007.

Mazda Hakaze : Et voilà, le trio des voitures concept de Mazda est complet pour la saison hakaze2007.  Le premier volet du groupe avait été dévoilé lors du salon de Los Angeles au mois de décembre dernier, et j’ai nommé la Nagare (aussi présente à New York).  Au mois de janvier, j’ai pu voir le Ryuga sur lequel vous pouvez en apprendre plus en consultant l’article à propos du salon de Détroit dans les archives de gen-auto et voir les clichés de celui-ci dans la section photo.  Puis vint le Hakaze au salon de l’auto de Genève au mois de mars.  Lahakaze première était grise, la hakazeseconde bourgogne et la dernière, d’une couleur bien plus voyante, jaune éclatant.  Avec ses portières à ouverture 30 degrés extérieur et 45 degrés en hauteur, elle a de quoi surprendre !  Sa ligne globale, comme ses deux sœurs, est très bien exécutée mais on se demande en quoi elle pourrait inspirer un éventuel modèle de production.  Quoi qu’il en soit, ce VUS pourrait malgré tout engendrer une descendance à moyen terme alors il sera intéressent de voir jusqu’à quel point elle respectera le concept original. 

Rolls Royce Phantom 2007 : Parfois, ce qui fait qu’une voiture nous marque n’est pas rrnécessairement son «look» mais plutôt ce qu’elle représente.  C’est le cas de la Rolls Royce Phantom qui se trouvait au salon de l’auto de New York 2007.  On sait déjà que chaque exemplaires de ces luxueuses œuvres d’art est unique en son genre et qu’il n’y a pas deux copies totalement identiques.  Celle-ci ne faisait pas exception !  Elle a été créée expressément pour le salon de New York avec plaque d’identification au bas de la portière soulignant l’évènement en plus de ces broderies que l’on peut apercevoir sur les rrappuis tête.  Ces «Éditions de Salon» sont en fait assemblées afin qu’un éventuel collectionneur en manque d’inspiration pour sa brochette de Rollsrr Royce n’ait pas à se creuser les méninges à savoir, par exemple, quel type de boiserie il devrait faire installer sur le tableau de bord de sa nouvelle voiture de fin de semaine.  De plus, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-contre, on a même brodé le nom «Manhattan» sur les appuis-tête de la Phantom avec un profil de ce quartier de New York réfléchit sur la rivière Hudson.  On n’arrête pas l’exclusivité !  Chaque Rolls Royce de salon devient une véritable pièce de collection inédite et c’est pour cette raison que vous la trouvez sur cette liste. 

Saab 9-3 «test de collision» : Le 21 novembre dernier, le IIHS américain (Insurance Institute saabfor Highway Safety) a rendu publique le résultat de ses derniers tests de collision, entre autre celui d’une Saab 9-3.  Quelle ne fut pas ma surprise de pouvoir voir cette même berline 9-3 au salon de l’auto de New York, celle ayant servie de cobaye pour l’impact latéral.  Cette Saab a donc reçue les plus hauts honneurs de la part de l’organisme à but non lucratif car elle a démontrée qu’elle protégeait le mieux les occupants lors des tests frontaux, latéraux et arrières.  Dans la catégorie des voitures intermédiaires, en plus de la 9-3, on retrouvait aussi la Audi A4 et la Subaru saabsaabLegacy.  Les Acura RDX, Audi A6, Honda CR-V, Honda Pilot, Hyundai Entourage, Kia Sedona, Mercedes ML, Subaru B9 Tribeca, Subaru Forester et Volvo XC90 ont, elles aussi, remportées le titre de véhicules les plus sécuritaires de l’année selon l’institue dans leurs catégories respectives.  Merci à Saab d’avoir eue la bonne idée de montrer le résultat de l’impact latéral à New York et bravo !

Spyker 8C Spyder 2007 : Je me suis innocemment avancé vers la portière en élytre de la bellespyker spykerSpyker jaune «flash» afin de tirer quelques clichés de l’intérieur de la voiture.  La représentante du concession-naire Spyker Manhattan s’est approchée de moi et nous avons discuté quelques minutes avant de lui demander la permission de prendre spykerplace à bord.  À ma grande surprise, elle a acceptée !  L’habitacle de la 8C Spyder est bien plus spacieux que celui de la Lotus Elise par exemple mais comme je mesure six pieds, j’ai un peu de difficulté à trouver une position confortable à bord.  Quoi qu’il en soit, la cabine est une vraie œuvre d’art incorporant un style emprunté à celui de l’aviation d’antan un peu partout, entre autre avec cette planche de bord d’aluminium brossé en passant par le levier de sélection de rapport rendant hommage aux vieux avions d’avant guerre.  Un vrai roadster spectaculaire !

Spyker D12 Peking to Paris Concept : On m’avait parlé de ce VUS de Spyker auparavant, spykerme disant qu’il est vraiment spectaculaire.  Et bien après une courte inspection du D12 Peking to Paris, laissez moi vous affirmer que la rumeur était véridique !  Il est réellement bien plus sportif et élancé que la Porschespyker Cayenne, bien plus petit aussi, et son intérieur vous coupe littéralement le souffle.  Celui-ci va chercher les éléments stylistiques que l’on retrouve dans l’habitacle de la 8C Spyder et les multiplies par deux, créant un environnement hors de l’ordinaire à touts les niveaux pouvant accueillir jusqu’à quatre passagers.  Toujours à l’étape d’étude, ce D12 pourrait à lui seul redéfinir la catégorie des VUS aux performances marquées mais son tirage limité en fera plutôt un objet de curiosité et de convoitise inaccessible. 

Standard Taxi : Ne vous laissez pas tromper par ses aires cubistes, ce Standard Taxi a stréellement de quoi plaire à quiconque voyagera à son bord.  J’ai découvert ce véhicule hors du commun lors des conférences de presse du 4 avril et bien que mon cœur ne chavira pas pour son apparence extérieure, ce sont ses qualités intérieures qui m’ont charmés.  On ne peut donc pas m’accuser d’être superficiel lorsque vient lest temps de choisir mes coups de cœur, n’est-ce pas ?  L’espace arrière est tellement vaste dans l’habitacle de ce taxi de l’avenir que je peux aisément étendre mes jambes de tout leur long sans problème, une particularité qui est rare pour n’importe laquelle voiture sur la route, en faisant abstraction des limousines ou des Maybach 62.  Je l’ai dis et je le répète, je suis d’avis que toutes les grandes villes nord américaines devraient avoir une flotte de voitures taxi composées exclusivement de Standard Taxi et rien d’autre !

Volvo XC70 2008 : Dans la catégorie des voitures à orientation familiales, la marque Volvo est volvosans doute le meilleur choix qu’un parent peut envisager faire afin de mouvoir sa marmaille.  Elle est spacieuse, confortable, pas désagréable à regarder et sécuritaire.  En ce qui concerne la nouvelle XC70 2008, c’est encore plus vrai car les ingénieurs l’ont tellement amélioré par rapport à l’ancienne version que même un non voyant y verrait la différence !  Le confort de l’habitacle est à des années lumière de tout ce que Volvo a créé dans le passé et la sécurité légendaire de la suédoise est à son paroxysme.  Chapeau aux ingénieux ingénieurs de cette filiale de Ford basée en Suède !

 

Haut de la page